vendredi 23 juin 2017

Mais c'est comme ça qu'on nique tout, le bénèf, le business,...

Où "Ode à l'époque où j'écoutais Eminem en boucle".


L'autre jour j'ai vu Joey Starr sur scène pour "Eloquence à l'assemblée" (le genre de textes qui réveillent la fibre morale qui sommeille en nous et notre âme de citoyen, et qui fait cogiter -entre autre- à "l'abolition de la misère" et au "prix de la liberté").

Dans le bus du retour, je me suis sentie un peu décalée avec le reste du public qui criait au génie de l'acteur de cinéma en citant tous ces films dont je ne connaissais même pas le nom, pendant que je repensais aux chansons de NTM qui m'ont bercé et accompagnées.
Tout cela en restant perplexe face à la fuite du temps parce que (hé ouais), "Joey Starr il a 50 ans, quoi !?!" ...et parce que comme dirait un de mes bons amis "Hé mais y a Koolshen aussi dans le genre classe".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire