vendredi 24 mars 2017

Ca chouitt









Hé ouais, en Guyane, on ne se contente pas d'inventer des mots, on en change carrément le sens.
Ainsi, un Créole ne veut plus dire (définition made in Wikipédia) " quelqu'un qui avait été 'élevé sur place', c'est à dire 'qui est du pays' "mais désigne en Guyane la population descendant des esclaves qui ont été affranchi au moment de l'abolition de l'esclavage.

* Ce qui est différent des Bushinengue (ou Noirs Marrons), qui eux, sont les descendants des esclaves qui ont marronné, c'est à dire qui se sont enfui ou ont pris leur liberté par la force bien avant la fin officielle de l'esclavage.
Beaucoup venait du Suriname et se sont caché dans la forêt sur les rives du fleuve Maroni, qui tient son nom de cette période de l'Histoire*

...c'était le point culture du jour...
Si je me suis trompée quelque par, n'hésitez pas à m'en faire part.

* Et sinon, pour la recette de la sauce Maracudja, c'est là, c'est bon, c'est cool, ça chouitt, et ça passe bien avec du riz et du poisson : 

jus de Maracudja (c'est mieux avec des vrais fruits, mais si vous avez la flemme, si vous avez une brique de "Caresse Guyanaise" sous le coude à finir, ou tout simplement si vous êtes en Métropole et qu'acheter un maracudja reviendrait à hypothéquer votre maison,  ne vous gêner pas pour prendre une brique de jus de maracudja, trouvable en supermarché),
crème liquide, (facultatif : sel, poivre).
...ma recette ne sera pas brillante parce que je fais ça complètement au feeling...
En gros...en gros...on met tous les ingrédients dans une casserole, avec les mesures qui nous font plaisir, on fait chauffer en remuant pour avoir une texture onctueuse.

Et en gros, voilà, ça sera bien.

De toutes façons le maracudja c'est toujours bien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire